Les soins intensifs

Vous vous en souvenez, lors des premiers mois de la pandémie du coronavirus, Bruxelles et d’autres villes vibraient à 20h aux sons des applaudissements. Peut-être vous êtes-vous demandé qui étaient celles et ceux qui dans les hôpitaux de votre ville faisaient face à la crise sanitaire de plein fouet. 


Aujourd’hui vous allez entendre les voix de trois hommes qui travaillent ensemble dans un service de soins intensifs. Des hommes passionnés par leur métier de soignants. Mais vous entendrez aussi des hommes profondément usés par la réalité institutionnelle dans laquelle ils doivent exercer le métier qu’ils ont choisi pour ses valeurs humaines et ses défis techniques. 


Nous avons rencontré des collègues liés les uns aux autres, qui parlent avec admiration de leur chef de service, qui lui-même parle avec douceur et fierté de son équipe. Une équipe d’infirmiers et d’infirmières qui se soutiennent au quotidien dans un service de l’ombre, où ils persévèrent dans des conditions parfois chaotiques à aller chercher les dernières ressources vitales de leurs patients. 


Nous avons appris que certains courent ensemble les 20km de Bruxelles. Qu’on y vit de grandes histoires d’amitiés, et qu’on y trouve même des couples. 


Nous avons compris aussi qu’ils sont nombreux à quitter la profession, épuisés par le rythme qui leur est imposé et le manque de perspectives qui leur sont proposées, ou que beaucoup d’entre eux sont obligés d’avoir une activité complémentaire pour tenir le coup moralement. 


En Belgique une étude faite après la première vague du coronavirus avait montré que 68% du personnel aux soins intensifs risquait un burn-out.

Il est urgent de revaloriser ces travailleurs, leur profession, leurs salaires, et leur santé à eux aussi, sans quoi nous serons de moins en moins en mesure de prétendre à une qualité de soins correcte.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.