#26 Kevin Aymoz "Je patine depuis mes 5 ans, j'ai appris tôt à gérer vie pro et vie perso"

Cette semaine, Vie au Carré, le podcast qui interroge sur l’équilibre vie pro – vie perso, reçoit un champion du patinage artistique français, Kevin Aymoz.

7/10, c’est la note que s’attribue cet athlète de haut niveau âgé de 23 ans, quadruple champion de France déjà. « C’est une très belle note, juge-t-il. Gérer ma vie pro et vie perso a été très dur au début. Il n’y a que les gens qui font du patinage qui peuvent comprendre. »


Une passion pour la glisse

Kevin a commencé le patin à l’âge de 5 ans, « un peu par hasard », ses parents étant fans de hockey et une copine en faisait. Très vite, il a pris du plaisir sur glace, « c’était un plaisir personnel d’aller aux entrainements tous les jours, précise-t-il. Jusqu’à mes 19 ans, je ne savais pas trop pourquoi j’en faisais mais depuis j’ai découvert que j’aimais vraiment la compétition et la performance. »

Pourtant, cette passion était parfois dure à suivre, notamment à l’adolescence, quand les copains allaient traîner en ville, faire du shopping ou regarder un film, Kevin devait enchaîner après les cours ses séances de patinage artistique. « Il n’y a que les gens du monde du patinage artistique qui peuvent comprendre » pointe-t-il. D’ailleurs son copain et sa meilleure amie connaissent tous les deux ce milieu bien qu’ils n’en fassent plus partis. Il faut dire que Kevin voyage énormément, entre Grenoble, où il vit, Tampa, en Floride, où il s'entraine et tous les pays où se déroulent les compétitions... In fine, sa maison c'est sa grosse valise qu'il amène partout avec lui!


Au moins 5h d’entrainement par jours, 5 à 6 jours par semaine

« La vie d’athlète de haut niveau est dure », estime Kevin Aymoz. Il y a les entrainements, au moins 5h par jour sur 5 à 6 jours par semaine. Mais il y a aussi beaucoup de stress. Il y a celui qui est moteur, avec une bonne dose d’adrénaline juste avant une compétition, mais il y a aussi toute la phase préparatoire avec le choix des musiques, de la chorégraphie ou encore l’hygiène de vie. Plus dur, il y a la gestion des critiques.

« Quand on réussit un championnat, cela fait du bien de sentir tous ces gens qui nous soutiennent, confie le sportif. Mais quand on rate, cela fait mal. J’ai un exemple précis en tête, je suis passé à côté d’un championnat en 2020, je partais favori et j’ai fini 26e. Les critiques étaient violentes. Une vague de haine s'est rajouté à la vague de honte, les gens ne réalisent pas la charge de travail mise avant une compétition. »

Pour passer cette épreuve, Kevin a fait appel à une psychologue et un préparateur mental afin de retrouver sa confiance en lui et de recréer sa bulle de confort. La première l’a aidé à comprendre qui il était, tandis que le second lui a donné des exercices de respiration et appris à se concentrer sur le moment présent pour réussir.


Des milliers de rituels pour se conditionner

Pour se conditionner aussi avant une compétition, Kevin a aussi plein de petits rituels. Attacher toujours son patin gauche en premier, une semaine avant une compétition il ne portera que du bleu et mangera exactement la même chose au petit déjeuner, ou encore prendre une cuillère de miel 15 minutes avant une performance. « C’est limite flippant tellement j’en ai » rigole-t-il.

Autre élément un peu « flippant » pour lui, c’est la gestion des réseaux sociaux. Ou plutôt la gestion de ses fans. Il est à la fois ravi d’en croiser sur des compétitions à l’autre bout du monde, « je patine pour eux », mais s’étonne toujours quand il reçoit chez lui, à Grenoble, des cadeaux dans sa boîte aux lettres ! « J’ai appris à gérer ce que je publiais sur les réseaux sociaux et à être discret sur ma vie perso, indique-t-il. Je montre ce que je suis mais je garde pour moi ce que je fais. »  Et ce qu’il est, c’est un champion de patinage artistique qui portera les couleurs de la France lors des Jeux Olympiques de Pékin et on lui souhaite beaucoup de courage !

******************************

Si vous avez aimé notre épisode de Vie au Carré, n’hésitez pas à en écouter d’autres, plus de 20 sont déjà disponibles avec des profils très variés. Vous pouvez aussi le partager, vous abonner et lui attribuer des étoiles sur Apple podcasts, cela nous aiderait énormément !

Si l’équilibre vie pro – vie perso est un sujet qui vous tient à cœur, n’hésitez pas à nous suivre via Instagram @vie_au_carre ou notre page Facebook.

A très vite,

Clotilde & Julie





Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.