Le meilleur de “Travail soigné” : rapport au travail et satisfaction.

Puisqu’il n'a pas été possible de réaliser de reportages pendant la période de confinement, nous avons choisi, pour finir cette deuxième saison, de rassembler quelques extraits piochés parmi les 16 épisodes déjà en ligne, afin de permettre à quelques-uns de les découvrir et à d’autres de les entendre différemment. En se concentrant sur les deux questions principales de ce podcast : le rapport que l’on entretient avec le travail, et la satisfaction que l’on en retire.
Nous commençons avec Charles Coquet (S1E08), dont la passion dévorante comme l’environnement professionnel ou la vie sociale, encouragent à n’être que luthier. Pia (S2E02), sage-femme en région parisienne, estime que l’hôpital est nécessaire à son équilibre tandis que David Thomas (S1E04), écrivain, mène aujourd’hui la vie dont il rêvait adolescent. Gloria (S2E04), danseuse au Crazy Horse, lie intimement sa passion pour son métier à l’endroit où elle l'exerce, au point qu'ils sont devenus indissociables. Nicolas (S1E06), concierge dans un palace parisien, évolue dans un lieu exceptionnel au contact de clients hors normes, dont il est amené à satisfaire toutes les envies... Leur satisfaction devient la sienne, tout en gardant les pieds sur terre. Karen (S1E03) a connu plusieurs carrières avant de devenir céramiste et de développer un sentiment de plénitude en travaillant. Une autre invitée qui a changé de vie, c’est Claire (S2E07) : formée aux métiers de la communication et du marketing elle s’est finalement tournée vers l’ébénisterie et la restauration de mobilier ancien, qui lui permet de marier travaux manuels et intellectuels. Michaël (S1E02), tailleur, à l’abri du monde dans sa boutique parisienne, la satisfaction se manifeste régulièrement par la collaboration créative qu'il entreprend avec ses clients.
REPÈRES
Charles Coquet, luthier : “C’est quoi ma vie, à part la lutherie ?” (1:25)
Pia, sage-femme : “Je vais bien parce que je vais au travail” (3:10)
David, écrivain : “J’ai du mal à parler du rapport au travail d’écrivain”. (4:25)
Gloria, danseuse au Crazy Horse : “Quand je parle du Crazy Horse, c’est très difficile de parler de travail”. (6:25)
Nicolas, concierge de palace : “Je sers avec plaisir mais je fais la part des choses”. (7:25)
Karen, céramiste : “L’important, c'est “la route”, ce n’est pas le résultat !” (9:25)
Claire, ébéniste : “Je me suis retrouvée, dans le sens où l'ébénisterie est un métier manuel et intellectuel” (11:45)
David, écrivain : “La seule satisfaction que je peux avoir dans l’écriture, c’est quand le travail est fini”. (13:55)
Gloria dauseuse au Crazy Horse : “La satisfaction vient des sensations que l’on éprouve sur scène”. (16:05)
Michaël, tailleur : “Le premier essayage, c’est un moment très particulier”. (17:45)
Claire, ébéniste : “Je me suis imposé des règles car j’aurais pu perdre ma vie personnelle à cause d’un travail que j’aime” (19:30)
Pia, sage-femme : “la plus grande joie, c’est l’accompagnement”. (20:35)
Charles, luthier : “Je préfère toujours l’instrument à venir”. (21:15)
Production : Stereolab / Illustration et couverture : Julina Jean-Joseph / Musique : Blue Dot Sessions.
Retrouvez l’actualité de Travail soigné via les comptes Stereolab.fr sur Instagram, Twitter et Facebook et n’hésitez pas à envoyer vos suggestions pour de prochains épisodes à hello@stereolab.fr
Merci de votre soutien sur votre plateforme d’écoute préférée (un abonnement, 5 étoiles, des petits cœurs, un commentaire sympa) ainsi que sur Podmust.com