Ayurvéda, médecine originelle : Entre Doshas, feu digestif, tourisme médical et appropriation culturelle. Que penser ?

C'était il y a déjà 5000 ans, une transmission orale qui a traversé les siècles. Aujourd'hui, l'ayurvéda reste l'unique approche ancestrale reconnue par l'OMS comme médecine à part entière.

Ses enseignements se trouvent dans un traité, Sushruta, où sont décrites 1120 maladies, 700 plantes médicinales, et plus 64 préparations de substances minérales. 


En France, pays roi du médicament automatique, l'ayurvéda reste considérée comme simple "médecine douce", et aucun thérapeute ayurvédique n'a le droit de prescrire des soins et traitements, mais seulement fournir des actes de "bien-être".


Pourtant, à l'autre bout du monde, cette médecine continue d'être enseignée à l'université et d'être reconnue comme base de soin pour les populations indiennes. Elle a reçu le soutien du ministère du Yoga en Inde et de l'OMS, qui insiste sur l'importance de promouvoir cette approche.


En Ayurvéda, l'alimentation est le socle de la santé mentale et physique. La maladie n'existe pas en tant que tel, les maux ne sont que le résultat d'une accumulation d'Amas, toxines entassées dans les tissus à force de déséquilibres dans notre quotidien et de mauvais choix alimentaires. L'ayurvéda ne soigne pas la maladie, elle cherche à prévenir et prendre soin du malade en tant que personne à part entière afin d'éviter que le mal ne s'exprime.


Vata, Pita, Kapha ? Selon ta constitution, ta routine et ton assiette seront différentes, et auront pour but d'équilibrer les éléments majoritaires en toi. Voici le test à réaliser en ligne sur ayurvéda france pour connaître ton dosha


C'est bien la seule approche naturelle qui me semble autant pertinente et pleine de bon sens. En ayurvéda, les cures de jus sont prohibées, les jeûnes déconseillés. Car après tout, un feu doit être maintenu allumé, à l'image de notre métabolisme.


Et du côté des déviances ? Car oui, l'essor de l'ayurvéda dans le monde et les exportations de mélanges de plantes ne sont pas sont conséquences. Tourisme médical, raréfaction des ressources naturelles, stagnation de l'état sanitaire en Inde : les populations paient l'envahissement des occidentaux, au détriment des intérêts locaux.


Viens me faire ton retour sur Instagram : @marie_la_graine ❤


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.