En quoi la culture vidéoludique japonaise est-elle unique ?

Traditionnellement, c’est à cette période qu’est censée se dérouler la Japan Expo, le rendez-vous incontournable de la pop culture japonaise en France. Mais coronavirus oblige, l’événement a été annulé cette année.. L’équipe de Puzzle a quand même décidé de vous proposer un voyage vers le Japon en consacrant cette semaine à la culture de ce pays extraordinaire. Dans cet épisode, notre expert en jeux vidéo, Jean Zeid, nous explique en quoi la culture vidéoludique japonaise est unique.


En 1978, le Japon s'intéresse à l'industrie du jeu vidéo, le début d'un phénomène

Contrairement au cinéma où Hollywood partage peu son pouvoir et son attrait, le jeu vidéo n’est pas l'apanage de la seule Californie, même si celle-ci a vu naître le business du jeu en 1972 avec le jeu "Pong". Un véritable raz-de-marée mondial. À lui seul, il crée le secteur économique vidéoludique, même Seb fabriquera des consoles de salon Pong. Au Japon, la simulation de tennis ou de ping-pong selon les goûts va susciter la curiosité et des vocations. Et c’est en 1978 que l’industrie japonaise du jeu vidéo va voir le jour avec Space Invaders... Le début d'une belle aventure dans l'univers des jeux vidéo pour le pays !


Un continent du jeu vidéo était né. Et face à l’Amérique, c’est l'outsider qui va s’imposer

La chute de l’empire américain s’appelle le krach du jeu vidéo. Au début des années 80, plus personne aux Etats-Unis ne croit en l’avenir économique de ce nouveau secteur du divertissement. L’américain Atari, leader mondial du marché et producteur de Pong, subit des pertes financières abyssales. En cause, une surproduction de mauvais jeux qui finissent par écoeurer les consommateurs. De nombreux autres constructeurs de consoles et d’entreprises liées aux jeux déclarent faillite. C’est la sortie du jeu japonais Super Mario Bros. en 1985 et de la console NES qui vont relancer la croissance du secteur. C’est ainsi que le jeu vidéo japonais, pourtant nourri d’Amérique, va imposer son style au nez et à la barbe de l’Oncle Sam.


Le décryptage de Jean Zeid dans cet épisode.


Les derniers épisodes de Puzzle à retrouver ici :

"Dérapages", la prise d'otages de l'enfer

Dans le décor de Thomas Dutronc

Podcasts : quand les journalistes mènent l'enquête

"Une année sans Cthulhu" : quand la BD se frotte au fait divers

Les faits divers ont-ils leur place sur scène ?


Retrouvez Puzzle sur Twitter : https://twitter.com/puzzle_podcast


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.