The Jane Doe Identity : à moitié réussi

Le cadavre d’une femme inconnue est retrouvé dans une maison, et confié à un duo de légistes père et fils (Brian Cox et Emile Hirsch), qui vont rapidement comprendre que quelque chose cloche avec ce corps, trop vivant pour être mort. The Jane Doe Identity se construit sur deux concepts osés : en huis-clos, provoquer la peur avec un cadavre révélé dès le début du film, et qui ne bouge pas. Après un très bon démarrage, de bons cadres, une gestion du rythme maîtrisée et une ambiance installée, la réponse à l’intrigue posée est mauvaise, la conclusion est trop grossièrement amenée et tombe à plat. Une bonne surprise donc, mais à moitié réussie. Animé par Thomas Rozec avec Yannick Dahan, Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis. RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉMISSIONThe Jane Doe Identity (André Øvredal, 2017), The Troll Hunter (André Øvredal, 2010), Conjuring : les dossiers Warren (James Wan, 2013), Aftermath (Nacho Cerdà, 1994), La Trilogie de la mort (Nacho Cerdà, 1990-1998), Get Out (Jordan Peele, 2017), Jaume Balaguero, Xavi Giménez, Freddy, A Nightmare on Elm Street (franchise de films d’horreur de neuf films, Wes Craven, 1984-2010), Bad Boys II (Michael Bay, 2003), Les rivières pourpres (Mathieu Kassovitz, 2000). RECOMMANDATIONS ET COUPS DE COEURRETROUVEZ LES RECOMMANDATIONS FAITES EN FIN D'ÉMISSION sur la page Soundcloud officielle des recommandations de NoCiné >> @nocine-reco <

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.