Cannes - Tarantino et Bong Joon-Ho, esthétiques de la violence

Le film était plus qu’attendu sur la croisette ! Avec Once upon a time… in Hollywood, Tarantino nous ramène en 1969 en racontant l’histoire d’un acteur hollywoodien sur le déclin et de sa doublure de cascade. C’est la fin du summer of love, et sur fond d’assassinat, la fin d’une époque. Et même si l’on se laisse emporter par le film, il y a de la déception dans l’air et des retours mitigés malgré un casting séduisant avec Leonardo DiCaprio et Brad Pitt. Avec une réflexion sur la violence différente que dans ses films précédents, Tarantino signe un film plus personnel et mélancolique qu’à son accoutumée. Premier film après l’affaire Weinstein, nouvelle page cinématographique ? 


En compétition également, le très attendu Bong Joon-Ho qui signe Parasite, un film très maîtrisé sur la violence sociale. C’est l’histoire d’une famille sans-le-sou qui va progressivement s’infiltrer dans une éminente famille coréenne. Ruptures de ton, scènes tantôt hilarantes tantôt désespérées, Bong Joon-Ho livre une pluralité de points de vue et s’interroge sur ce qui transite d’une sphère à l’autre. En toile de fond cette question : quand l’injustice sociale est à l’oeuvre, comment s’en sort-on sans violence ? 


Animé par David Honnorat, avec Anaïs Bordages, Arnaud Bordas et Perrine Quennesson.


Retrouvez la programmation du festival Cannes à Paris.


CRÉDITS 

NoCiné est un podcast de Binge Audio. Cet épisode a été enregistré en mai 2019 à Cannes. Réalisation : Solène Moulin. Générique : Corentin Kerdraon. Chargée de production : Juliette Livartowski. Chargée d’édition : Alisonne Sinard. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy