Néo Géo Nova, l'intégrale : La pochette culte de Geto Boys, les conversations musicales de Yohan Giaume et le live de Cory Seznec

Portrait 

Amandine Tshijanu Ngindu alias Mubulu est habitée de la tête aux pieds par le krump - une danse urbaine super intense née à l’orée des années 2000 dans les quartiers défavorisés de Los Angeles - dont elle défend la philosophie avec passion depuis huit ans. À même pas 30 ans, elle vient d’être consacrée «Female European Krumper of the Year 2020» par ses pairs. 


Jeanne Lacaille présente cette Suissesse qui fait rayonner son art à l’international.  


Musikactu 


Lumière sur la Nouvelle-Orléans et plus particulièrement le label Imperial records qui a enregistré dans les années 50 et 60 moult artistes souvent produits par Dave Bartholomew, le compositeur et directeur artistique du bluesman Fats Domino, et aussi de ce chanteur guitariste aveugle, Snooks Eaglin, qui n’avait pas son pareil pour interpréter un registre allant du folk au blues et à la soul music.  


Bintou Simporé partage histoires et anecdotes dans ce Musikactu, premier acte d’une rencontre avec le musicien Yohan Giaume.  


D’ici et d’ailleurs 


Conversations musicales avec le musicien Yohan Giaume, auteur du disque “Whisper of A Shadow'' qui revisite le patrimoine du pianiste créole louisianais Louis-Moreau Gottschalk.  


Au micro de Bintou Simporé, le musicien retourne à l’origine de la musique et des termes issus du sud des Etats-Unis, comme “bamboula” souvent péjoratif dans la bouche de ceux qui l’emploie pour désigner des fêtes buyantes, mais qui cache un sens plus spirituel. Yohan Giaume évoque également ses souvenirs de la Nouvelle-Orléans, remplis de processions funéraires faites de fanfares tristes et joyeuses. 


Vous avez un message...


Escale à Bangalore dans le Karnataka en Inde d'où nous vient cette carte postale sonore de Côme Bastin qui observe de son œil de reporter les événements politiques, sociaux et culturels qui secouent la péninsule. 


A New Delhi, les impressionnantes manifestations d’agriculteurs en colère continuent, alors que les leaders du mouvement et le gouvernement cherchent un terrain d’entente. Dans tout le pays, la campagne de vaccination, projet titanesque, vient de s’amorcer, et côté culture, un conflit idéologique oppose religieux fondamentalistes et humoristes.  


De Visu 


Zoom sur une pochette culte des années 90, qui illustre le troisième album du groupe de rap hardcore Geto Boys. En photo, 3 garcons au regard dur, ou pour le moins déterminé, qui circulent dans un couloir d’hôpital, avec en bas du disque inscrit en lettres bleues sombres « We can’t be stopped » , (nous ne pouvons pas être arrêtés). 


Reza Pounewatchy dissèque cette illustration, qui n’a pas volé son encart préventif fait de noir et de blanc apposé sur bon nombre d’albums de rap : « Parental Advisory, Explicit Content » (Avertissement parental, contenu explicite.).  


Classico 


Véronique Mortaigne décode la balade folk « John Henry » qui chante la vie héroïque d’un « pousseur d’acier », et la vie de son interprète, le jamaïcano-américain Harry Belafonte.


Repris par de nombreux artistes, ce morceau est issu du premier album de Belafonte, « Mark Twain and Other Folk Favorites »( RCA 1954), paru quelques années avant que les États-Unis ne soient rythmés par une vague de folk moderne, amenée par des artistes comme Bob Dylan ou John Baez.


Live 


Le musicien franco-américain Cory Seznec s’installe dans le Salon de musique de Néo Géo Nova. Alternant banjo joué façon « clawhammer » et guitare, il interprète un classique du folk nord-américain « Boat’s up the river » et « Tirailleurs » un titre issu de...
 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.