Choc toxique menstruel: Les risques des protections intravaginales

Dans ce nouvel épisode de notre rendez-vous « Tout Sexplique », nous échangeons avec Sandrine Graneau, 38 ans, mère de trois enfants, infirmière libérale, victime en avril 2019 du syndrome du choc toxique menstruel à la suite d’une utilisation d’une coupe menstruelle.

Cette maladie rare est très agressive. Cette habitante de Montoir-sur-Bretagne (Loire-Atlantique) échappe à la mort au prix d’une quadruple amputation, des pieds et d’une partie des doigts. Elle publie avec Claudine Colozzi le livre Choc Toxique, Faut-il avoir peur des protections hygiéniques, édité chez Flammarion (18,50 euros). Sandrine Graneau est l’invitée du rendez-vous Tout Sexplique ce vendredi 28 mai, à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

Dans cet entretien, à retrouver ci-dessus, Sandrine Graneau en appelle aux fabricants de protections hygiéniques. « Ce n’est pas aux femmes de culpabiliser. C’est aux industriels, eux, de culpabiliser, de se remettre en question. Ils ont un rôle à jouer, ils ont une responsabilité. Ils se doivent d’émettre des notices claires et fiables (…) simples et véridiques », explique-t-elle notamment. La suite de l'entretien, à écouter sur votre plateforme préférée.

Le podcast Minute Papillon ! est à retrouver sur toutes les plateformes d’écoute en ligne et sur 20minutes.fr. Abonnez-vous gratuitement, vous serez ainsi alerté des nouvelles diffusions. Pour nous écrire : audio@20minutes.fr


Un épisode d'Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: Bisquit Soul de Nordgroove Fugue Icons8.com

Illustration: Canva/ 20 Minutes


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.