La Martinique

Le réseau hydrographique de la Martinique est marqué par un nombre important de cours d’eau et de bassins versants indépendants. Parmi ceux-ci, la rivière Lézarde en particulier et son affluent la rivière Blanche font partie des cours d’eau classés et identifiés comme « cours d’eau à migrateurs ». A ce titre, elles doivent permettre la libre circulation des espèces migratrices durant leur cycle de vie.

Sur ces 2 cours d’eau on dénombre quelques 20 sauts de rivière qui présentent une hauteur de chute variant de cinquante centimètres à plus de quatre mètres, et qui constituent autant d’obstacles à la montaison des poissons vers leur zone de croissance et de reproduction. Ces obstacles perturbent le bon état écologique des cours d’eau et affectent l’ensemble des écosystèmes aquatiques.

Pour rétablir la continuité écologique de ces 2 rivières, le projet soutenu par l’Europe en 2018 a consisté à mettre en place 20 dispositifs de franchissement piscicole, communément appelés « passes à poissons ». Ces aménagements situés au niveau des berges de la rivière réduisent significativement la hauteur de chute et permettent aux espèces de franchir les obstacles.

Ce projet porté par la Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud Martinique (CAESM) a été financé par l’Union Européenne, via le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), l’Office De l’Eau de la Martinique (ODE), et la Collectivité Territoriale de la Martinique (CTM) pour un montant global de travaux avoisinant les 2 millions d’euros.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.