Céline Banza : "j'ai refusé de céder aux accusations de sorcellerie, la musique m'a sauvée"

Aujourd’hui dans La Potion, une femme debout : la musicienne congolaise Céline Banza !


Chanteuse, vidéaste, actrice et performeuse, Céline Banza compte déjà parmi les nouvelles voix féminines à suivre de la scène congolaise contemporaine. Depuis ses études à l’Institut national des Arts (INA) à Kinshasa, puis ses débuts comme choriste aux côtés de certains rappeurs congolais, Céline Banza a fait de l’art une manière d’être au monde, un engagement récompensé en 2019 par le Prix Découverte RFI. Ambassadrice de l’Unicef en 2020, Céline Banza se révèle aussi être une femme d’action, mettant sa voix au service des sujets sensibles tels que l’éducation des filles, les mariages précoces ou les abandons d’enfants. En janvier dernier, la petite protégée de Youssoupha sortait enfin Praefatio, un premier album initiatique produit en partie par le prim’s parolier et chanté en ngbandi, dans lequel se dévoilent une voix profonde, une guitare sensible et la prémonition d’un très bel avenir. Pour La Potion, Céline Banza revient notamment sur les accusations de sorcellerie dont sa sœur et elle ont été victimes, et nous offre en live une berceuse magique héritée de sa grand-mère. 


Visuel © Pochette Praefatio


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.