Pourquoi Charles Baudelaire est-il décrit comme un « poète maudit » ?

« Poète maudit » : les deux mots semblent inextricablement liés lorsqu'on parle d'un homme de lettres comme Charles Baudelaire. 

Devenue presque éculée, la locution a toutefois réellement servi à surligner des traits de caractère propres à l'auteur des « Fleurs du Mal » (1857). 


Damné par le sort


Au-delà de ses ouvrages majeurs ( « Les Paradis Artificiels » (1860) ; « Le Spleen de Paris » (paru à titre posthume, 1869), etc. ), Charles Baudelaire, c'est bien plus que de la poésie. 


En effet, la vie très agitée du « Dante d'une époque déchue » (selon les mots de l'écrivain français Barbey d'Aurevilly) a créé beaucoup de remous parmi les contemporains du génial poète. 


Dettes, liaisons, consommation effrénée de drogues : c'est tout cela à la fois qui a donc contribué à forger – en plus d'écrits éminemment mélancoliques - l'imaginaire aussi tenace du poète maudit qui persiste encore jusqu'à nos jours. 


Les raisons de ces écarts de conduite ? 


L'écrivain a d'abord connu une enfance douloureuse (orphelin de père dès l'âge de 5 ans, le jeune Charles entretiendra une relation très tendue avec le nouveau conjoint de sa mère).


Devenu adulte, il se sentira ensuite incompris sur le plan artistique et lésé sur le plan sentimental. 


Finalement, criblé de dettes et sujet à une santé fragile, Charles Baudelaire ne semblera épargné par aucun déboire ; avant de rendre l'âme le 31 août 1867, emporté par la syphilis. 


Réhabilité par ses héritiers


Extrêmement influent sur le plan littéraire, le « maudit » Baudelaire s'est toutefois mué en alchimiste. 


En effet, c'est surtout par la magie de sa plume que le dandy parisien a su transformer sa malédiction en aura ineffable. 


Ainsi, avec Baudelaire, la figure du « poète maudit » devient un véritable archétype. 

Celui de l'incarnation littéraire du génie incompris (et écorné par ses égarements). 


C'est toutefois l'ouvrage de Paul Verlaine (« Les Poètes maudits » (1884)) qui popularisera véritablement l'expression qui caractérise Charles Baudelaire de nos jours. 


Arthur Rimbaud, André Breton et Paul Valéry réhabiliteront – quant à eux – la figure baudelairienne comme l'une des plus imposantes de l'histoire de la littérature française (et même mondiale). 


Comme une éclatante revanche posthume sur une vie de réprouvé. 


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.