Emotions confinées : comment le déni s’est emparé de nous avec Cynthia Fleury [interview]

On s’est demandé quelles émotions nous semblaient émerger le plus, en ce moment, pendant cette pandémie du Covid-19, et on a réfléchi à celle qu’on aimerait décortiquer pour comprendre ce qui nous traverse depuis le début de cette crise. 


Chronologiquement, il nous a semblé que l’émotion qui nous a touché en premier, c’est le déni. Nous avons toutes et tous d’une manière ou d’une autre minimisé la gravité de ce virus, en se disant que ça ne pouvait pas être si grave que ça, et qu’on allait pas changer nos modes de vie pour ce qui nous semblait être qu’une simple grippe.


Étions-nous alors dans une forme de déni ? 


Pour le savoir, Cyrielle Bedu a contacté la psychanalyste et philosophe Cynthia Fleury. Confinée chez elle, Cynthia Fleury nous en a dit plus, avec son prisme freudien, sur ce qu’est le déni. Elle nous aide aussi à comprendre si c’est bien du déni qu’on a eu - et que certains ont toujours - dans le cadre de cette pandémie, et si cette attitude est plus propre à nous, Français, qui avons l’air d’avoir plus de mal à nous résigner à rester confinés chez nous.



Équipe de production : 


Présentation : Cyrielle Bedu

Chargée de production : Cyrielle Bedu

Responsable éditoriale : Maureen Wilson

Musique : Nicolas de Gélis

Mixage : Jean-Baptiste Aubonnet

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy