Camille Labro, la journaliste militante

Et si, comme un battement d’aile de papillon, une plume pouvait changer le monde ?


C’est le défi que relève Camille Labro, journaliste au Monde, en lançant avec d’autres passionnés un projet disruptif : « L’École comestible ». Derrière ce collectif, des nutritionnistes, chefs, enseignants, parents, agriculteurs, jardiniers, chercheurs… L’idée ? Proposer aux enfants, dès le plus jeune âge, un programme d’éducation alimentaire transversal qui leur permette d’interagir avec les mathématiques, les sciences, l’histoire ou le français pour en faire des citoyens éclairés. Comme le dit Camille : « Éduquer les enfants à mieux manger, c'est aussi leur apprendre à prendre soin d'eux-mêmes, des autres et de leur environnement, tout en se régalant. C'est une démarche écologique, humaine, vertueuse et délicieuse ».

 

Utopique ? Pas du tout. Inspiré du célèbre « Edible Schoolyard » lancé par la cheffe américaine Alice Waters (par ailleurs marraine de Camille), l’École comestible décline pour chaque école un éventail de possibles : potager, compost, cours de jardinage et de cuisine, visites, ateliers, lien avec la cantine… Et ça marche, tant le domaine est infini et riche ! Pour Camille Labro, native de Berkeley qui a eu la chance de grandir à Vence sur la Côte-d’Azur, « la conscience écologique est primordiale car on sait que l’alimentation va jouer un rôle crucial dans la transition vers une société durable ».

 

Dans le cocon d’un appartement parisien, il sera question de PAC, de terre vivante, de l’idée d’une communauté, de biomasse, du rituel familial du dîner, des cultures qui envahissent son appartement, de solidarité, du triangle qualité-temps-coût, des petits urbains perdus devant une courgette, des enseignements subliminaux et des académies récalcitrantes. Plus que jamais, l’assiette est politique !


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.