« Tahitigate » : pourquoi le voyage d'Anne Hidalgo fait polémique

La mairie de Paris est secouée depuis un mois par le « Tahitigate ». Cette polémique est née à la suite d’un voyage d’Anne Hidalgo dans le Pacifique sud. Le 15 octobre dernier, la maire socialiste s’envole pour Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Six jours plus tard, elle doit se rendre en Polynésie française, à Tahiti, pour inspecter le site qui accueillera l’été prochain les épreuves olympiques de surf, dans le cadre des JO de Paris.


Mais Anne Hidalgo n’ira jamais sur ce site à Tahiti à la date prévue, le 21 octobre, en raison d’une manifestation d’habitants opposés à la construction d’infrastructures. Une fois son voyage officiel terminé, le 22 octobre, elle s’envole ensuite vers une île située à 45 minutes en avion de Tahiti, pour passer des vacances avec sa fille, qui vit sur place. Depuis son retour à Paris début novembre, Anne Hidalgo tente de se défendre sur les raisons de son voyage. La polémique, elle, continue d’enfler.


Pour Code source, trois journalistes du Parisien, Christine Henry et Marie-Anne Gairaud, de l’édition de Paris, et Marcelo Wesfreid, du service politique, reviennent sur le « Tahitigate ».


Ecoutez Code source sur toutes les plateformes audio : Apple Podcast (iPhone, iPad), Google Podcast (Android), Amazon Music, Podcast Addict ou Castbox, Deezer, Spotify.


Crédits. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Ambre Rosala - Production : Raphaël Pueyo et Barbara Gouy - Réalisation et mixage : Pierre Chaffanjon - Musiques : François Clos, Audio Network - Archives : Mairie de Paris, TMC.


Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.