Pourquoi Renault, fleuron de l’économie française, va supprimer 15.000 emplois

En février dernier, le constructeur automobile français annonçait ses premières pertes, du jamais vu depuis 10 ans. La crise provoquée par l’épidémie de Covid-19 a depuis aggravé les résultats du groupe. Renaud a officiellement annoncé, vendredi 29 mai, un vaste plan d’économies de l’ordre de 2 milliards d’euros. « C’est une question de survie » d’après son président, Jean-Dominique Sénard.

Dans les trois prochaines années, ce sont 15 000 emplois qui vont être supprimés dans le monde, dont 4 600 en France. Le site de Choisy-le-Roy (Val-de-Marne) va fermer en 2022. Comment Renault en est arrivé là ? Réponse avec Erwan Benezet, journaliste au service économie du Parisien, en charge notamment de l’industrie automobile. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Clawdia Prolongeau - Conception et préparation : Thibault Lambert - Production : Stéphane Geneste, Marion Bothorel et Miren Garaicoechea - Réalisation et mixage : Alexandre Ferreira- Musiques : François Clos, Audio Network - Identité graphique : Upian - Archives : Renault, le Figaro, INA.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.
 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.