Pourquoi le mille-feuille porte-t-il mal son nom ?

Les étages de crème pâtissière et de pâte feuilletée qui le composent font du mille-feuilles un grand classique de la pâtisserie française, dont la recette remonte au XVIIe siècle. Mais ce délicieux dessert mérite-t-il vraiment son nom ?


L'histoire d'un dessert


On doit la recette du mille-feuilles à un cuisinier français du XVIIe siècle, François Pierre de La Varenne, dont le livre, "Le cuisinier françois", paru en 1651, marque la naissance de la cuisine moderne.


Il proposait une recette du mille-feuille semblable à celle qu'on connaît aujourd'hui, à cette différence près que le gâteau n'était pas aromatisé à la vanille, mais au rhum ou au kirch.


Pour certains, cependant, le mille-feuilles serait vraiment né des mains expertes du pâtissier Adolphe Seugnot. À partir de 1867, il en fait la spécialité de sa pâtisserie parisienne.


Le bouche à oreille aidant, les gens se pressent devant la boutique. Tout le monde veut goûter de ce gâteau, qu'on dit délicieux. C'est à cette occasion que les habitants de la capitale découvrent vraiment ce succulent dessert.


Un chiffre qui ne correspond pas à la réalité


La confection du mille-feuilles demande beaucoup de dextérité de la part du pâtissier qui le confectionne. Il faut d'abord préparer une crème pâtissière onctueuse et légère. Le pâtissier doit également réussir le glaçage qui couronne le gâteau.


Cependant, la principale difficulté réside dans le montage de la pâtisserie. En effet, elle est composée de plusieurs couches de pâte feuilletée, garnies de crème pâtissière.


Pour monter ces étages, il faut procéder par étapes, six au total. Lors de chacune d'entre elles, le pâtissier replie la pâte en trois. Mais ces six étapes de pliage ne donnent pas mille feuillets de pâte, comme le laisse entendre le nom donné au gâteau, mais très exactement 729 !


De leur côté, certains pâtissier confectionnent leurs mille-feuilles en sept étapes. Ils arrivent ainsi à obtenir au total plus de 2.000 feuilles. On le voit, le nom de ce dessert doit plus à sa réputation de gâteau compliqué à confectionner qu'au nombre exact des feuilles de pâte qui le composent.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.