Pourquoi les extraterrestres sont-ils représentés chauves et verts ?

Les témoignages de personnes prétendant avoir vu des "soucoupes volantes" font régulièrement la une des journaux. Certaines indiquent même avoir aperçu leurs occupants. Le plus souvent, elles les décrivent comme de petits hommes verts et chauves. Pourquoi une telle représentation des extraterrestres s'est-elle imposée ?

De petits hommes verts...

À vrai dire, certains récits présentent les extraterrestres comme des êtres humanoïdes à la peau grise. D'où le nom de "petits-gris" qui leur est parfois donné.

C'est en tout cas sous cette apparence que des visiteurs de l'espace se seraient présentés, en 1955, à une famille du Kentucky. Et pourtant, les journalistes rapportant cet étrange fait divers parleront de "petits hommes verts".

Il faut sans doute voir, dans cette manière de les décrire, l'influence de certains romans de science-fiction. C'est notamment le cas de "The green man", un récit d'Harold Sherman, publié en 1946, qui rencontre un grand succès, ou d'un roman de Fredric Brown présentant des Martiens à la peau verte.

Désormais, cette couleur s'impose à l'imaginaire collectif : décidément, le vert sied aux extraterrestres !

...Et chauves

Mais la couleur de leur épiderme ne suffit pas à décrire un extraterrestre. On se le figure aussi, la plupart du temps, comme un être chauve.

Cette représentation trahit l'anthropomorphisme de notre vision. En effet, les hommes ont du mal à imaginer un extraterrestre qui ne leur ressemble pas. Ils leur attribuent donc des bras et des jambes, mais aussi une tête, souvent volumineuse.

Et si cette tête est chauve, c'est parce que les extraterrestres sont souvent perçus comme des humains qui seraient parvenus à un stade beaucoup plus évolué de l'existence.

En somme, nous voyons un peu les petits hommes verts comme l'avenir de l'humanité. Or des êtres aussi évolués n'ont plus besoin de poils ou de cheveux pour les protéger du froid.

Dégagé de la chevelure, cet attribut d'une animalité désormais révolue, le crâne de cet être supérieur, qui ressemble, pense-t-on, à ce que sera l'homme un jour, apparaît alors dans tout son volume. Vert et chauve, tel se présente donc l'extraterrestre, du moins dans notre imagination.
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices