La 5G est-elle bénéfique ?

C’est une question que de nombreuses personnes se posent : peut-on faire confiance à la 5G ? Que ce soit pour notre santé, pour l’environnement et même à propos d’une potentielle surcharge du réseau mobile, les doutes sont nombreux. C’est pourquoi Choses à Savoir Tech et Ericsson, à la fois équipementier des télécoms et spécialiste de la 5G, s’associent le temps d’un épisode pour vous aider à balayer les idées reçues et y voir clair parmi toutes les fakes news qui circulent autour de cette nouvelle technologie.


Tout d’abord, qu’est-ce que la 5G ? Il s’agit tout simplement de la dernière technologie mobile en date, dont le but est d’offrir un meilleur débit internet aux utilisateurs tout en faisant diminuer le temps de latence. En clair, permettre une connexion beaucoup plus rapide, au point de révolutionner les usages sans fil. Par exemple, il sera possible d'utiliser un casque de réalité virtuelle recevant des images en ultra haute définition (4K voire 8K) sans le moindre bug… Cela ne s’appliquera pas qu’au champ des jeux vidéo, puisque la médecine et plus globalement la science pourront aussi en profiter. Imaginez un peu : des opérations très délicates pourraient être menées à distance par des chirurgiens experts sur des patients hospitalisés à l’autre bout du monde, et ce, grâce à la réalité virtuelle, la robotique et la 5G !


Comme le précise Ericsson, la 5G, qui fonctionne à ce jour en grande partie sur les mêmes fréquences radio que celles utilisées pour la 4G, permet de réaliser un certain nombre d’économies d’énergie. C’est en tout cas ce que l’entreprise a pu remarquer en Angleterre. Je cite, « des tests réalisés à Londres sur le réseau Vodafone, désormais équipé de la dernière génération d’infrastructures mobiles 5G Ericsson [ont permis de diviser] par 2 la consommation énergétique du réseau ». Un autre exemple, venu du Texas aux Etats-Unis cette fois, corrobore cette analyse. Je cite « l’usine intelligente 5G d’Ericsson au Texas, […] qui dessert principalement les clients 5G d’Ericsson en Amérique du Nord, est conçue pour réduire la consommation d’énergie de 24 %, l’utilisation de l’eau à l’intérieur des bâtiments de 75 %, le tout alimenté entièrement par de l’électricité renouvelable ».


Autre détail intéressant fourni par Ericson : avec la 5G, il est tout à fait possible de dédier une partie du réseau à un usage spécifique. C’est ce qu’on appelle le Network Slicing (ou découpage du réseau en français). Ajouter à cela le beamforming, une technologie permettant de focaliser le signal dans la direction de l’usager pour optimiser sa réception, et l’on obtient un réseau mobile bien plus précis, plus efficace, et par conséquent moins énergivore que la génération précédente.


À l’étranger, la 5G est accueillie comme un vecteur d’opportunités mais aussi comme une technologie vertueuse. En France, il faut bien avouer que son arrivée l’an dernier a suscité de nombreuses inquiétudes, notamment pour notre santé. Mais d’après le conseil général de l'environnement et du développement durable, l'inspection générale des affaires sociales, et l'agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), la 5G ne présenterait aucun danger telle qu'elle est déployée actuellement. Pour arriver à cette conclusion, ces trois organismes se sont notamment basés sur des données collectées dans 26 pays où la 5G est déjà déployée. 

Vous l’avez compris, il n’y a pour l’instant aucune raison de s’inquiéter à propos de la 5G, ce qui ne signifie pas que d’autres études ne doivent pas être menées sur le long terme. S'il est sain de questionner au sujet de cette technologie, il est tout aussi important de mettre en doute la pertinence des discours les plus alarmistes sur le sujet. Non, les vaccins contre le COVID ne contiennent pas de puces 5G.



La 5G, c’est quoi ?

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.