Faut-il rendre le contrôle parental obligatoire ?

Vous le savez, Internet est une ressource formidable à bien des égards, mais héberge aussi des contenus clairement inappropriés pour les enfants. C’est donc pour empêcher les plus jeunes d’être exposés à des contenus qui ne sont pas de leur âge que le contrôle parental a été mis au point. Or, est-il si efficace que cela ? C’est ce que je vous propose de voir dans cet épisode.


Pour répondre à cette question, il ne faut pas simplement regarder l’aspect parental. En effet, le terme contrôle parental est assez explicite, et donne concrètement la possibilité aux parents de maîtriser la façon dont leurs enfants naviguent sur internet. Ceci dit, pour que cette fonctionnalité soit pleinement efficace, encore faut-il que les éditeurs et fournisseurs de contenus jouent le jeu. Si certains se montrent réticents, ils pourraient très bientôt ne plus avoir le choix. En effet, plusieurs députés de La République En Marche ont déposé au début du mois une proposition de loi afin d’installer par défaut le contrôle parental sur absolument tous les futurs appareils.


À l’origine de cette proposition de loi, on retrouve le député du Bas-Rhin Bruno Studer, pour qui je cite, « installer un contrôle parental reste encore aujourd'hui trop compliqué… Il y a trop peu de parents qui s'en saisissent et, parmi les parents qui ne s'en saisissent pas, il y a une surreprésentation des catégories sociales les plus défavorisées » fin de citation. Outre ce constat, le député LREM explique également que plusieurs fabricants seraient clairement réticents à l’idée de mettre ce type de dispositif en place uniquement pour la France. Je cite « la question des écrans n'est pas une question française : on est là face à un problème global ». En France, 8 enfants sur 10 âgés entre 10 et 14 ans vont régulièrement sur Internet sans leurs parents, et estiment que le contrôle parental serait contre-productif, argumentant que les relations familiales se basent sur la confiance. Quoiqu’il en soit, le texte devrait être examiné au Parlement en début d’année 2022… et s’il est adopté, cela fera de la France un pays pionnier en matière de protection des enfants sur internet.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.