À quoi sert Astro, le robot domestique d’Amazon ?

Les amateurs de robotiques attendaient cette annonce avec impatience, Amazon a dévoilé il y a quelques jours sa toute dernière invention : le robot domestique Astro. Si sur le papier l’objet est censé faciliter le quotidien de son propriétaire, la réalité est toutefois un peu plus décevante que les promesses du GAFAM sur ce sujet.


Avant toute chose, à quoi ressemble ce robot ? Clairement, ne vous attendez pas à un humanoïde surpuissant. Astro est davantage à un animal de compagnie équipé de deux roues motrices et d'une roulette de direction pour se déplacer. En guise de tête, un écran tactile de 10 pouces sert d’interface et permet entre autres de jouer de la musique ou de diffuser des vidéos. À l'arrière, le robot est également doté d'un petit bac permettant de déplacer des objets, mais n’est pas en mesure de ramasser ni d’attraper quoique ce soit, étant donné qu’il est dépourvu de bras robotisé. Selon Amazon, ce système serait relativement complexe à intégrer et ferait exploser le prix de ce robot qui est quand même vendu à près de 999 dollars pour le moment. Côté sécurité, Astro est également doté d'un système de reconnaissance faciale particulièrement utile pour faire fonctionner le mode « sentinelle », et donc surveiller le domicile en l’absence des habitants grâce à sa caméra télescopique. D’ailleurs, lors de ses premiers pas dans une maison ou un appartement, Astro réalise un premier tour de l’habitation à l’instar des robots-aspirateur afin de la cartographier et d’éviter de se cogner en permanence par la suite.


Voilà pour l’extérieur. Maintenant, voyons voir ce qui se cache dans les circuits intégrés. D’après les informations collectées par le site Vice.com, le mode « sentinelle » du robot repose sur l’utilisation des caméras Ring et d'Alexa Guard, le service de sécurité à domicile d'Amazon. A priori une bonne chose en termes de sécurité… sauf que l'algorithme du robot est quelque peu paranoïaque. En fait, les personnes non reconnues par le robot sont considérées comme des étrangers sur lesquels il doit « enquêter » en collectant un maximum d'informations à l'aide de ses micros et ses caméras. En cause, un système de reconnaissance des personnes qui manque de fiabilité d’après Vice. Par conséquent, le robot a tendance à entrer en hypervigilance très régulièrement et à collecter beaucoup de données.


En attendant de savoir si Amazon compte corriger ce point dans les mois à venir, et bien il faut en vouloir pour acheter ce robot. Il faut en effet s'inscrire en ligne et recevoir une invitation pour réserver son robot. De cette manière, le GAFAM peut adapter ses productions en fonction de la demande. Pour le moment, aucune date de commercialisation n'a été annoncée.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.