Vers un échec du Metaverse de Facebook ?

Le groupe Meta fondé par Mark Zuckerberg, anciennement dénommé Facebook, planche comme vous le savez sur le Metaverse, ce monde virtuel identique au monde réel, mais aux possibilités quasi infinie. Si un grand nombre d'observateurs sont enthousiastes sur le concept, d'autres comme le fondateur de la cryptomonnaie Ethereum sont beaucoup plus hostile. Vitalik Buterin pense en effet que la technologie qu'essaye de développer Meta est un échec annoncé. Pourquoi ? Comment ? Toutes les explications dans cet épisode.
Quand une personnalité comme Vitalik Buterin prend la parole sur un sujet technologique, on l'écoute. En effet le fondateur de l'Ethereum, qui est quand même la seconde plus importante monnaie virtuelle du monde, annonce que le Metaverse est voué à l'échec quand bien même son développement n'en est qu'au tout début... ou tout du moins, c'est le Metaverse tel qu'imaginé par Meta qui serait voué à l'échec. Une prise de position qui ne sera pas pour redorer l'image de Meta dans ce dossier, le groupe ayant restructuré sa division dédiée au Metaverse avant l'été, je vous invite à écouter l'épisode qu'on y a consacré si ce n'est pas déjà fait. Je cite le fondateur de l'Ethereum, « le Metaverse finira par exister, mais je pense qu'aucune des tentatives actuelles des entreprises de le créer intentionnellement n’aboutira […] Nous ne connaissons pas encore vraiment la définition du Metaverse, il est bien trop tôt pour savoir ce que les gens veulent réellement. Donc, tout ce que Facebook crée maintenant échouera » fin de citation.
Si certaines stratégies marketing visent à créer des besoins avant que les consommateurs ne les éprouvent pour faire du business, dans le cas du Metaverse, Vitalik Buterin explique que cette façon de penser ne peut pas s'appliquer. Dans ce sens, une étude du cabinet Censuswide estime qu'il y a un gros décalage entre les attentes des consommateurs et les solutions développées par les entreprises. Alors que la plupart des internautes interrogés veulent gagner du temps en faisant leurs achats en réalité virtuelle ou augmentée, les marques mettent quant à elle au point de véritable expériences virtuelles calquées sur le réel. En Europe, un sondage de la société Sortalist révèle que la moitié des Européens se méfient du Metaverse tel que présenté actuellement. Autre personnalité importante pointant du doigt le manque d'innovation du groupe Meta, Reggie Fils-Aimé. Ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant, il s'agit de l'ancien directeur de la branche américaine de Nintendo. Si l'on est nombreux à imaginer le Metaverse comme une copie de la technologie proposée dans les films Matrix ou Ready Player One, à savoir une copie virtuelle du monde réelle avec des possibilités quasi infinie, la définition qu'en donne Mark Zuckerberg est tout autre. Il s'agira je cite « d'espaces 3D qui vous permettront de socialiser, d’apprendre, de collaborer et de jouer d’une manière qui va au-delà de ce que nous pouvons imaginer ». Rien de bien concret donc, comme le reproche Buterin.
Côté finance, de nombreux analystes s’attendent à ce que le Metaverse représente un immense marché dans les années à venir. D’après la société de conseil et de recherche Technavion, le marché des mondes numériques atteindra plus de 50 milliards de dollars d’ici à 2026. Pour sa part, le cabinet de conseil américain Grand View Research voit plus grand, avec un marché de 678 milliards de dollars d’ici à 2030. Troisième prédiction venant de la société Gartner, 25 % des gens passeront au moins une heure par jour dans le Metaverse en 2026... à condition que ce dernier soit au point dans 4 ans.
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices