Quel lien y a-t-il entre la maladie de Charcot et les champignons ?

Des cas suspects de maladie de Charcot ont été repérés parmi les résidents d'un petit village des Alpes. On a fini par découvrir qu'ils avaient mangé un champignon toxique, qui aurait déclenché la maladie.


Des cas suspects de maladie de Charcot


Entre 1990 et 2018, 14 cas de maladie de Charcot, appelée aussi sclérose latérale amyotrophique (SLA), se sont déclarés dans le même village de montagne. Cette grave affection neurodégénérative, potentiellement mortelle, s'attaque aux neurones et entraîne peu à peu une paralysie du patient.


Le nombre de cas recensés dans une zone aussi restreinte a conduit à l'ouverture d'une enquête, qui s'est prolongée plusieurs années durant.


Ainsi, les enquêteurs se sont efforcés de trouver, dans l'environnement des patients, des facteurs qui auraient pu provoquer la maladie. Ils ont ainsi recherché des traces de plomb ou d'autres éléments toxiques dans l'eau et le sol de la région.


La piste du radon, gaz radioactif naturel, a également été explorée. En effet, il peut provoquer de graves troubles de santé. Mais toutes ces recherches ont été vaines.


Un champignon très toxique


C'est un chercheur américain qui semble avoir trouvé l'origine de la maladie. Quelques années auparavant, il avait étudié des cas de maladie de Charcot survenus dans l'île de Guam, située dans le Pacifique.


Il avait réussi à démontrer que les gens tombaient malades après avoir consommé une plante locale. D'où l'idée que les habitants du hameau alpin avaient pu, eux aussi, manger quelque chose qui les avait intoxiqués.


C'est alors que les enquêteurs ont découvert que les malades avaient tous ingéré un champignon très toxique. Il s'agit du gyromitre géant qui, en raison de sa ressemblance avec ce délicieux champignon, porte aussi le nom de fausse morille.


En raison de sa toxicité, la vente de ce champignon est interdite en France depuis 1991. Il contient en effet des toxines qui atteignent le foie et peuvent détruire les globules rouges.


Les personnes ayant consommé ce champignon sont généralement atteintes de nausées, de diarrhées et de fièvre. Selon les spécialistes, l'ingestion de ce champignon serait l'élément déclencheur de la maladie.



 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.