L'appendice sert-il à la longévité ?

Jusque là, l'appendice, ce petit organe accroché à l'intestin, n'avait pas bonne réputation. Non seulement il ne semblait pas avoir d'utilité particulière, mais encore il menaçait la vie du patient en cas d'inflammation. Mais voilà que des chercheurs français prétendent que l'appendice pourrait augmenter l'espérance de vie !


Un organe qui n'est pas l'apanage de l'homme


Les scientifiques à l'origine de cette étude sont partis de la constatation suivante : l'appendice est apparu de nombreuses fois au cours des âges qui ont accompagné l'évolution des mammifères.


Par conséquent, l'homme n'en possède pas l'exclusivité. De nombreuses espèces, comme le lamantin, le castor, l'ourang-outan ou encore le koala, s'en sont vu dotées. Un tel organe, assez répandu dans le monde animal, n'était-il donc, comme le pensait Darwin, qu'un simple vestige, sans utilité apparente ?


C'est pour tenter de répondre à cette question que les chercheurs ont étudié en parallèle près d'une quarantaine de mammifères possédant un appendice et plus de 200 qui en étaient dépourvus.


Un lien entre appendice et espérance de vie


Au terme de leur recherche, les scientifiques ont conclu qu'un mammifère doté d'un appendice vivrait plus longtemps qu'un animal du même poids n'en possédant pas.


S'ils ont entrepris une telle recherche, c'est que leurs travaux précédents les avaient amenés à constater que l'ablation de l'appendice sur un patient de moins de 20 ans l'exposerait moins au risque de développer une inflammation du côlon et du rectum.


D'où l'idée d'explorer les liens entre l'appendice et la longévité. D'après ces chercheurs, ce petit organe contribuerait, dans certains cas, à la reconstitution d'une flore bactérienne bénéfique au patient.


La présence de ces bactéries, favorisée par l'appendice, permettrait à l'organisme de mieux lutter contre certaines formes de diarrhées infectieuses. Ceci faisant, cet organe jouerait donc un rôle dans l'allongement de l'espérance de vie.


Les chercheurs soulignent que leurs travaux ne doivent pas conduire à penser que le retrait de l'appendice pourrait avoir un impact sur la longévité des patients. Pour eux, l'appendicectomie ne doit continuer à être envisagée que dans le cas où le patient souffre d'une appendicite.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.