Qu'est-ce que l'arnaque au “wash wash” ?

Les billets de banque font souvent l'objet d'escroqueries. On connaît bien sûr l'activité des faussaires. Mais les coupures sont parfois noircies. On parle alors d'arnaque au "wash wash". De quoi s'agit-il exactement ?


Des billets pas comme les autres


Tout commence lorsqu'un couple du Loiret met sa maison en vente. Un acheteur ne tarde pas à se déclarer. Mais il met une condition à son achat : il voudrait en effet payer une partie du bien en liquide, pour limiter les frais de notaire.


Le couple n'y voit pas d'inconvénients. Mais il se montre plus étonné quand l'acheteur leur donne, en guise de paiement, des billets noircis, avec de l'encre semble-t-il.


Une autre personne, résidant en Normandie, s'était vu payer de la même façon. Tous venaient d'être victimes de l'escroquerie du "wash wash" (to wash signifiant "laver " en français).


Des escrocs très ingénieux


Cette anarque au "wash wash" consiste donc à recouvrir de faux billets de banque, ou même de simples morceaux de papier, d'une encre noire ou de feuilles noircies.


On peut cependant se demander comment les escrocs persuadent leurs victimes de les accepter. Ils leur expliquent d'abord que ce maquillage des billets permet de leur faire passer les frontières sans problèmes.


Ce qui, par parenthèse, aurait dû mettre la puce à l'oreille aux personnes qui se sont laissé duper. Et l'aigrefin s'empressait d'ajouter que, de toute façon, il disposait d'un produit "miracle", qui effaçait en quelques instants toute trace d'encre du billet.


Et l'escroc de s'emparer d'un vrai billet, mis de côté pour l'occasion, et de le blanchir, grâce au produit, sous les yeux étonnés des spectateurs. Ce produit miraculeux et indispensable avait bien sûr un prix.


En effet, ce n'zest pas moins de 50.000 euros que, dans un premier temps, l'escroc du Loiret réclame à ses victimes pour leur céder le produit. Non seulement elles étaient payées en monnaie de singe, mais il leur fallait encore débourser une forte somme d'argent pour acquérir le produit blanchissant.


Pourtant assez courante en région parisienne, cette escroquerie n'avait jamais été signalée à la police.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.