Les Français sont-ils prêts à acheter une voiture électrique ?

Alors que l'Union européenne songe à interdire la vente des voitures neuves fonctionnant au diesel ou à l'essence à l'horizon 2035, l'image que se font les Français de la voiture électrique s'améliore peu à peu. Ce qui ne veut pas dire que la majorité d'entre eux est prête à en acheter une.


Une image qui s'améliore


Les Français sont bien conscients que les véhicules thermiques n'ont guère d'avenir. En effet, un récent sondage montre que 66 % des personnes interrogées sont convaincues que ces voitures auront disparu d'ici 2040. Et, de fait, loin derrière les voitures électriques, elles ne représentent les mobilités d'avenir que pour 20 % des sondés.


De même, l'opinion de nos compatriotes sur la voiture électrique change peu à peu. 56 % d'entre eux la regardent désormais de manière positive. Mais les Parisiens, qui utilisent peu leurs véhicules, sont 60 % à en avoir une bonne image.


Ce sont les habitants des communes rurales qui sont les moins enthousiastes. La moitié d'entre eux seulement voit la voiture électrique d'un bon œil. Mais ce sont les jeunes qui sont les plus nombreux à l'apprécier.


En effet, 58 % des 18-35 ans donneraient leurs voix à un candidat prônant les transports à faible émission de CO2, représentés notamment par la voiture électrique.


Mais des Français encore réticents


Même si leur regard sur la voiture électrique a changé, les Français, dans leur majorité, ne sont pas pour autant prêts à en acheter une.


En effet, s'ils devaient remplacer leur véhicule, 15 % d'entre eux seulement feraient l'acquisition d'une voiture entièrement électrique. 41 % feraient toujours confiance aux véhicules thermiques.


Le prix est la première raison invoquée pour expliquer cette réticence. Or, il semble que, si le prix d'achat est plus élevé, un véhicule électrique, en termes d'entretien notamment, revienne moins cher sur le long terme.


D'autres arguments sont avancés, comme la faible autonomie de ces véhicules ou le manque de bornes de rechargement. C'est pour combler un équipement encore médiocre que les pouvoirs publics ont prévu l'installation de 100.000 bornes d'ici la fin de l'année 2021.


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.