Les cinémas ont-ils retrouvé une activité normale ?

Très touchés par la crise sanitaire, certains secteurs, comme le tourisme ou l'hôtellerie-restauration, ont réussi à redresser la barre. Mais ce n'est pas encore le cas du cinéma, qui peine à faire revenir le public dans les salles obscures.

Un bilan en demi-teinte

Il est rare, désormais, de voir une salle de cinéma remplie. Même des événements comme le Printemps du cinéma, en mars dernier, n'ont attiré qu'un peu plus de 13 millions de spectateurs, soit un tiers de moins qu'en 2019.

Depuis le début de cette année, les exploitants comptent près de 38 % de spectateurs en moins par rapport à la même période de 2019, la dernière année faste pour le cinéma.

Rares, désormais, sont les films qui font venir plus de 500.000 personnes par semaine dans les salles. Cependant, tout n'est pas négatif dans ce bilan. En effet, 130 à 150 millions de spectateurs devraient fréquenter les salles de cinéma cette année.

C'est certes beaucoup moins bien qu'en 2019, où 215 millions de spectateurs s'étaient rendus au cinéma, mais mieux qu'en 2021, où la fréquentation était tombée à un peu plus de 95 millions de spectateurs.

Baisse de fréquentation : les raisons

Pourquoi le public boude-t-il encore les salles de cinéma ? Plusieurs raisons contribuent à expliquer cette relative désaffection. L'impact du Covid est certainement l'une d'entre elles.

De nombreux spectateurs craignent encore d'être contaminés en allant au cinéma. C'est notamment le cas des personnes, souvent d'un certain âge, qui fréquentent les cinémas d'art et d'essai.

Par ailleurs, le cinéma est de plus en plus concurrencé par des plateformes comme Netflix, qui offrent aux spectateurs un grand choix de films et de séries. De tels services incitent nombre de personnes à rester chez elles, d'autant que, durant les longues périodes de fermeture des cinémas, en 2020 et 2021, elles ont pris des habitudes plus sédentaires.

L'augmentation du prix des billets, qui ont connu une hausse de près de 18 % en près de 25 ans, et les effets de l'inflation, qui commencent à se faire sentir, ne sont pas non plus pour rien dans cette baisse de fréquentation.
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices