Pourquoi le rachat de MGM par Amazon est-il incertain ?

Amazon n'en finit pas d'élargir ses activités. En effet, le géant de la vente en ligne serait décidé à racheter la Metro Goldwyn Mayer, ou MGM, le mythique studio crée en 1924, au temps du cinéma muet. Mais certains syndicats s'opposent à une telle acquisition.Un très riche catalogueAmazon s'est déjà taillé une place de choix dans le domaine du divertissement et le secteur du streaming de vidéos sur abonnements, ou VSOD. Elle possède déjà Amazon Prime, qui propose des films et des séries, et Prime Vidéos, qui est un service de vidéos à la demande.L'acquisition de la prestigieuse MGM permettrait à Amazon d'étoffer un catalogue déjà copieux. En effet, le studio hollywoodien possèderait environ 4.000 films et 17.000 séries.Parmi ces œuvres figurent certaines des franchises les plus célèbres du cinéma, comme la série des "James Bond", "Robocop", "Raging Bull" ou encore "Le silence des agneaux".Les syndicats s'opposant à cette acquisition estiment que le contrôle de MGM lui permettrait de posséder un catalogue riche d'environ 56.000 titres, distançant de loin l'offre de Netflix. Pour racheter MGM, Amazon pourrait dépenser jusqu'à 8,45 milliards de dollars.Un abus de position dominante ?À l'annonce de cette possible acquisition de MGM par Amazon, certains syndicats ont vivement réagi. Ils estiment que l'influence du géant de la vente en ligne sur l'industrie du cinéma est déjà considérable.Le rachat du grand studio hollywoodien lui permettrait de l'étendre encore plus. Les opposants à cette acquisition considèrent que, dès lors, Amazon ne laisserait guère de place à ses concurrents.En outre, les syndicats rappellent qu'en plus de son imposant catalogue, Amazon commercialise des appareils pour le streaming de vidéos. La firme tendrait donc vers une forme de concentration verticale.Amazon réplique en soulignant que les spectateurs peuvent visionner des films et des séries sur bien d'autres plateformes.Quoi qu'il en soit, les syndicats ont saisi l'autorité américaine chargée de faire respecter la concurrence, lui demandant de s'opposer à un rachat qui, selon eux, permettrait à Amazon de s'assurer une position dominante sur ce marché du divertissement.

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.