Le grand méchant queer

Le Joker, le tueur de « Psychose » ou Jafar dans « Aladdin »… Au cinéma, les ennemi·e·s des héro·ïne·s sont souvent efféminé·e·s et séducteur·rice·s. La pop culture regorge de méchant·e·s incarnant des clichés LGBT. Cette figure, appelée ‘queer-coded villain’, remonte au Hollywood des années 30, mais elle est loin d’avoir disparu de nos écrans. 


Pourquoi l’industrie cinématographique s’est-elle mise à créer des méchants féminins et maniérés ? En quoi ces personnages malveillants à l’homosexualité sous-entendue sont-ils hautement problématiques ? 


Pour répondre à ces questions, Camille Regache reçoit Aline Mayard, journaliste indépendante, spécialiste des représentations LGBTQ+ dans les séries et les films.


RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉPISODE

« Code Hayes », code d’autocensure du cinéma américain, créé en 1934 par William Hayes

« Soudain l’été dernier » (Joseph L. Mankiewicz, 1959) et « Un Tramway nommé Désir » (Elia Kazan, 1951), adaptés de l’œuvre du dramaturge américain Tennessee Williams (1911-1983)

« Rebecca » (Alfred Hitchcock, 1940)

« Psychose » (Alfred Hitchcock, 1960)

« La Corde » (Alfred Hitchcock, 1950)

« Scream Queens » et « Hollywood » (séries de Ryan Murphy, 2015 et 2020)

« Philadelphia » (Jonathan Demme, 1993)

« Dallas Buyers Club » (Jean-Marc Vallée, 2014)

« Les Nuits fauves » (Cyril Collard, 1992)

« Skyfall » (Sam Mendes, 2012)

« The Good Wife » (série de Robert et Michelle King, 2009)

« Joker » (Todd Phillips, 2019)

« Thor » (Kenneth Branagh, 2011)

« Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn » (Cathy Yan, 2020)

« Le Seigneur des anneaux » (Peter Jackson, 2001-2003)


POUR ALLER PLUS LOIN 

« The Celluloid closet » (documentaire de Rob Epstein et Jeffrey Friedman, 1995)

« Disclosure » (documentaire de Sam Feder, diffusé sur Netflix, 2020)

I Like that (newsletter de Aline Mayard) 


CRÉDITS

Camille est un podcast de Binge Audio animé par Camille Regache. Cet épisode a été enregistré en juillet 2020 au studio Virginie Despentes de Binge Audio (Paris, 19e). Prise de son, musique et réalisation : Solène Moulin. Production : Diane Jean. Edition : Sirine Azouaoui. Identité graphique : Sébastien Brothier (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.