Le nain volant

L'arrêt Morsang-sur-Orge du Conseil d'État est un des plus connus des étudiants en droit. Du lancer de nain aux spectacles de Dieudonné, on vous raconte.


Il était un nain qui gagnait sa vie grâce à son art : un spectacle joué dans toutes les discothèques de France, et qui consistait, grosso modo, à envoyer valser « Skyman » sur un tatami, disposé au centre de la piste de danse. Dans les années 1990, la pratique, importée des États-Unis – une scène la représente dans le film Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese –, fait fureur. Manuel Wackenheim, le nain, gagne bien sa vie. Et les fêtards des quatre coins de France semblent s'amuser, à défaut... de danser. Mais soudain, une cabale médiatique commence...


Les uns – Mimie Mathy, par exemple – trouvant le spectacle indigne. Les autres estimant qu'en vertu d'une certaine moralité publique, une telle représentation, choquante, ne devrait être autorisée. Les politiques s'emparent du sujet, et voilà que commence une grande bataille juridique, qui débouchera sur une définition de la dignité humaine comme composante de l'ordre public. Grâce à de nombreuses archives sonores, parfois drôles, parfois pathétiques, notamment tirées des fonds de l'INA, Le Point a restitué en podcast cette incroyable jurisprudence du Conseil d'État.


 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.